Le contrôle laitier : Instrument stratégique au service du développement laitier

Le contrôle laitier est une activité permettant de produire des données pour la sélection des animaux appropriés et rentables. Le contrôle laitier 

Il est aussi un outil d'aide en matière de management des troupeaux bovins laitiers qui font, de ce fait, l'objet, d'un contrôle régulier et systématique selon des procédés standardisés à l'échelle internationale. 

Le contrôle laitier porte sur un certain nombre de facteurs notamment la quantité et la qualité du lait produit. Il permet la constitution et l'archivage des séries chronologiques de données d'importance pour la conception et la conduite des politiques d'élevage (Amélioration génétique, productivité zootechnique, coûts de production).

Pour l'éleveur, l'intérêt du contrôle laitier réside dans le fait qu'il lui permet de disposer d'un outil de décision efficace en matière de gestion du troupeau (sélection interne, performances de reproduction, durée et la persistance de la lactation, productivité des vaches laitières, affouragement). Ce sont là autant d'indicateurs qui facilitent la prise de décision sur le plan zootechnique et économique.

Les informations produites par le contrôle laitier sont des informations fiables en ce sens que ce dispositif s'intéresse aux performances individuelles des animaux. Ces informations permettent d’établir des documents officiels utiles aux éleveurs et aux acteurs impliqués dans la filière lait.

Enfin, le contrôle laitier est sous tendu par un système d'encadrement technique et économique des producteurs, de conseils techniques réguliers permanents et personnalisés en direction des éleveurs. Par la régularité et l’objectivité des conseils prodigués, les agents du contrôle laitier  tissent des relations fécondes et particulières avec les éleveurs ce qui leur confère un fort potentiel d'analyse et de compréhension des projets mis en œuvre par les agriculteurs.

Dans les pays industrialisés, à tradition d'élevage ancrée, le contrôle laitier est une activité fortement développée et institutionnalisée  prise en charge par les organismes professionnels. En Algérie, elle n’a pratiquement aucune existence officielle.

  1. Le contrôle laitier en Algérie (CIZ) :

Le seul réseau de contrôle laitier existant en Algérie est le CIZ (Centre des informations zootechniques). Centre relevant de l’institut technique des élevages et issu d’un projet de coopération Algéro-Française, le CIZ produit depuis 1988 des informations relatives à la productivité des élevages bovins laitiers. Toutefois, la modicité des ressources allouées à l'activité du contrôle laitier et la faible implication de la profession font que le l'activité de contrôle laitier en Algérie reste au stade embryonnaire.

  1. 1. Importance du réseau et implantation géographique :

Le contrôle laitier se fait auprès de 130 exploitations laitières faisant l’objet d’un suivi technique et économique systématique au niveau de 18 wilayate : Alger – Annaba - Sidi Bel Abbes - Tizi-ouzou - Ain Defla – Chlef – Bilda - Tipaza.-Tarf - Souk Ahras – Guelma – Skikda – Boumerdès –Tlemcen – Tiaret – Djelfa – Saida et Constantine. La répartition agro-écologique des exploitations et leurs caractéristiques techniques sont consignées dans le tableau 1.

Les données enregistrées par le CIZ ne couvrent que 1 % du cheptel bovin laitier moderne contre 60 % et 10 % respectivement en France et au Maroc.

Tableau 1 – Répartition des élevages bovins laitiers suivis par zone agro écologique2007-2008
Zones Nombre de wilayate Nombre d’exploitation Taille du cheptel (VL)

Zone Tell littoral (Humide)

Plus de 600 mm 

10 102 1716

Zone Tell. Plaine de l’intérieur (Subhumide).

P = 400 et 600 mm

03 08 260
Zone céréalière et steppique 05 17 234
Total 18 127 2210
Source : CIZ, 2009
  1. 2.Organisation et missions du CIZ :

Le CIZ est un réseau d’observation permanent des exploitations laitières bovines en Algérie. Au plan fonctionnel, le CIZ repose sur des unités opérationnelles locales composées par des « Contrôleurs laitiers » basés au niveau des stations et des antennes de l’ITELV.

Le suivi et la collecte de l’information se fait de manière systématique au niveau des exploitations adhérentes et selon les normes internationales en vigueur.

La centralisation des données se fait au niveau d’une cellule informatique qui traite, agrège et restitue l’information aux éleveurs grâce à un programme informatique (CIZ) conçu à cet effet.

Les missions du CIZ sont multiples et s’inscrivent dans une perspective de court, moyen et long termes à savoir :

-         Le suivi systématique des performances zootechniques des élevages bovins laitiers en Algérie. Pour cela, des informations sont systématiquement recueillies et traitées (Identification des animaux et leurs mouvements, contrôle mensuel des performances laitières, paramètres de reproduction, alimentation). Le contrôle des performances s’opère par l’évaluation individuelle de la productivité des vaches.

-         La mise en place et la généralisation d’un système d'identification du cheptel bovin.

-         La constitution d’un fichier national des élevages bovins permettant d’effectuer des traitements statistiques pour mieux connaître le potentiel animal et élaborer des programmes économiques de redressement de ces élevages.

-         Le soutien technique à l'éleveur en matière de gestion de son exploitation par la fourniture des résultats techniques mensuels et annuels (« Feed back »).

En ce sens, le CIZ apparaît comme un instrument permanent d’observation mais aussi d’action et de conseil permettant d’assurer ::

-         Le conseil technique à l’éleveur, dans la mesure où le contrôleur laitier intervient au niveau des élevages en apportant les correctifs nécessaires au redressement de la production.

-         Le soutien du producteur dans la gestion technico-économique du troupeau grâce, notamment, aux informations traitées et restituées périodiquement aux éleveurs qui peuvent ainsi réagir aux contre performances, surveiller les mammites, adapter les techniques de traite et prévoir, à temps, les événements pouvant survenir dans le troupeau (Vêlages, saillies, tarissement.).

Enfin, en tant qu’observatoire, sensu stricto, le CIZ s’attelle depuis une décennie à la collecte et au traitement des informations statistiques, spécifiques aux exploitations laitières algériennes. De fait, ses activités s’inscrivent dans la durée et visent à s’ériger en observatoire de la filière « lait » dans une perspective macro et   micro-économique.

  1. 3.Impact du CIZ sur les performances techniques et économique des exploitations laitières :
Tableau 2 : Evolution de quelques indicateurs de performance zootechnique des élevages bovins laitiers « Modernes » en Algérie (2000-2008)
Années

Lactation moyenne

(Litres lait/vache)/1

Intervalle Vêlage- Vêlage

(Jours)

Coût de production moyen DA//L
1999/2000 3824 394 22,1
2000/2001 3838 412 25,8
2001/2002 3895 393 22,9
2002/2003 3783 401 28,1
2003/2004 3689 399 27,1
2004/2005 3865 401 27,9
2005/2006 4105 426 23,1
2006/2007 4655 431 24,6
2007/2008 4757 421 27,21
Moyenne 4046 409 25,42
Moyenne 1999/2005 3816 400 26
Moyenne 2006/2008 4506 426 25
Croissance de la moyenne % +18 +7 -3
Source : CIZ –ITELV
1 – Moyenne technique de référence sur lactation standard de 305 jours