Développement de la filière lait (2009-2013)

1 - Situation actuelle

A fin 2007, l'effectif bovin laitier atteint 893.000 vaches dont 243.000 Blm (vaches à haut potentiel).La production de lait cru de vache enregistrée durant l'exercice s'élève à 1,6 milliard de litres sur une production totale (toutes espèces confondues) de 2,2 milliards de litres.

 La quantité de lait de vache collectée par les unités de transformation, en baisse par rapport à 2006, est de 197 millions de litres soit environ 20,5% du volume collectable. Elle représente un niveau de soutien de 2,5 milliards de DA dont 1,4 milliard au profit des éleveurs, le reste étant réparti entre les collecteurs et les transformateurs.

Les principales contraintes à la production de lait cru de vache ont trait à l'importance du cheptel à faible potentiel génétique dans la composition du troupeau national (Le BLM ne représente que 27% de l'effectif total), à l'insuffisance de l'offre fourragère, au coût élevé des aliments et aux difficultés d'écoulement de la production concurrencée par la poudre de lait.

La production industrielle de lait à partir essentiellement de la poudre de lait a entraïné en 2007 l'importation de 282.805 tonnes de poudre de lait pour une valeur de 67,9 milliards DA soit 978 millions USD.

L'augmentation, durant l'exercice 2007, du cours de cette matière première sur le marché international, a conduit à la mise en place d'une subvention au profit de la production de lait pasteurisé dont le montant est estimé à 30, 4 milliards de DA :

2 - Perspectives 2009-2013

Le programme de développement axé sur le cheptel local disponible vise à atteindre les objectifs ci-après :

- Effectif vaches laitières : 1.189.000 têtes dont 368.000 BLM

- Production lait cru de vache: 2,2.milliards de litres

- Quantité de lait cru collectable :1,1 milliard de litres

3 - Programme d'actions

Le programme d'action portera sur :

- L'accroissement des effectifs vaches laitières (+ 296.000 têtes dont + 125.000 BLM).

- L'amélioration de l'offre alimentaire (fourrages) par l'accroissement des superficies réservées aux fourrages (+ 900.000 ha dont +180.000ha en irrigué).

- Le développement de la pratique de l'insémination artificielle ( 140.000 IAF actuellement à 600.000 en 2013).

- la maîtrise et le développement du transfert embryonnaire

- la mise à niveau des étables en activité,

- La relance des activités dans les étables vides

- L'organisation et l'intégration de la filière

- Le développement du réseau de collecte.